Avenir de la controverse

A travers les différents acteurs, nous avons pu constater que l'issue de cette controverse reste encore très incertain.

En effet, après la parution du livre de Virginie Belle, les partisans de l'aluminium se sont vite manifestés, notamment à travers un article publié sur le site de l'AFA. Les autorités médicales et politiques reconnaissent, elles, un certain danger mais restent prudente : c'est pour cela, qu'en 2006, l'AFSSAPS passe le taux maximale de consommation d'aluminium de 6µg/jour/kg à 1µg/jour/kilo. Toutefois, ceci reste insuffisant pour les opposants à l'aluminium.

La solution pourrait être que l'état débloque enfin l'aide financière qu'il a promis aux chercheurs afin qu'ils puissent prouver l'effet neurotoxique de l'aluminium sur l'organisme. Le problème restant les conséquences économiques que cela provoquerait pour les différentes industries si une interdiction de l'aluminium était promulguée...

En attendant de voir l'impact du livre de Virginie Belle sur les autorités politiques et médicales, nous vous conseillons de bien regarder les étiquettes de vos cosmétiques, de faire cuire le moins possible dans des emballages contenant de l'aluminium et pour les vaccins, demander la teneur en aluminium à votre médecin et renseigner sur les vaccins sans aluminium.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site