Dans le domaine médical

  

Dans les vaccins

L'aluminium est utilisé depuis 1923 en tant qu'adjuvant dans les vaccins. Aujourd'hui, en France, 47% des vaccins commercialisés contiennent de l'aluminium. Un adjuvant permet d'augmenter l'efficacité d'un vaccin en stimulant la réponse immunitaire.

De sa naissance à ses 16 mois, un nouveau-né va subir de nombreuses vaccinations et recevoir 2,46 mg d'aluminium dans ses muscles. 

L'aluminium peut entraîner la formation de granulomes (petites tumeurs), de nodules (lésion cutanée ou muqueuse) au point d'injection dans les mois qui suivent la vaccination, nécessitant parfois une excision chirurgicale. On retrouve de telles complications après vaccination antitétanique, tétracoq ou vaccination contre l'hépatite B .

 

Dans les dialyses

Par le passé, il y avait de l'aluminium dans le liquide de dialyse. On a observé chez les patients pour ayant subi ces dialyses des troubles du langage, des troubles moteurs, voire des convulsions pouvant aboutir à la mort, surtout en cas d'insuffisance rénale puisque les malades n'étaient pas capables d'éliminer l'excès d'aluminium. Aujourd'hui, il n'est plus utilisé.

 

Dans certains médicaments

 On retrouve l'aluminium dans certains médicaments, dont ceux utilisés contre les brûlures d'estomac ou encore dans les médicaments utilisés contre l'insuffisance rénale.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site